5. Internationalisation

Eric PIRARD

Candidat Recteur 2018-2022

5. S'ouvrir au monde

Comment ne pas inscrire un projet universitaire dans une vision plus universelle ! Comment ne pas concevoir une université comme un lieu ouvert sur le monde, sans exclusives, sans rejets, sans préjugés ! Comment ne pas penser l’université comme un lieu de migration permanente tant « IN » que « OUT ».

 

La mobilité des étudiants, des chercheurs et de tous les citoyens est au cœur du projet européen. Y participer, au travers notamment des programmes Erasmus+, c’est accroître la visibilité de l’ULiège, mais c’est plus fondamentalement instiller un esprit d’ouverture qui très vite se traduit par une multitude d’échanges et de collaborations possibles. L’avenir est aux universités qui sauront combiner une identité régionale forte avec une vraie envergure internationale. La jeune génération n’aura d’yeux que pour les universités qui seront à l’image du monde dans lequel ils évoluent : connectées, ouvertes et accueillantes.

 

Liège, Luik, Lüttich, Liegi, Lieja… comme je me plais souvent à nous présenter, comme pour insister sur l’identité historique d’un territoire frontalier tant de fois envahi. Laissons-nous envahir une fois encore par ces flux d’étudiants et de chercheurs internationaux. Veillons à leur souhaiter la bienvenue avec une communication bilingue irréprochable et à faciliter toutes leurs démarches administratives. Le caractère accueillant de la population fera le reste.

Dans les secteurs où cela fait sens, il faut augmenter sans tarder notre offre de cours en anglais, c’est la condition sine qua non pour participer à des réseaux européens, ce qui ne nous empêche pas de faire des choix complémentaires dans l’espace de la francophonie (ex. Nord-Sud) ou dans l’espace de la grande région (FR-DE).

 

Au-delà des frontières de l’Europe, nous devons réfléchir à une véritable stratégie d’internationalisation qui soit ciblée sur des régions avec lesquelles nous souhaitons développer une coopération privilégiée à tous les niveaux (enseignement, recherche et citoyenneté). Notre présence en Afrique Centrale est pour moi une évidence, mais d’autres espaces (ex. pays émergents,…) doivent être considérés avec la même attention et faire l’objet d’une analyse stratégique (forces et faiblesses). Dans tous les cas, chaque unité sera encouragée à développer ses propres collaborations et celles-ci, en particulier les actions de coopération au développement, seront valorisées dans les parcours universitaires.

 

Je souhaite également soutenir très activement, si possible grâce à une cellule d’appui spécialisée, l’organisation d’un plus grand nombre de colloques et de réunions internationales sur nos sites. Faire venir plus de jeunes chercheurs dans nos laboratoires et accueillir plus de professeurs invités est une priorité si nous voulons gagner en reconnaissance et être demain encore une université où bat le cœur de l’Europe.

Mettre en place un site internet parfaitement bilingue. Traduire (au minimum) en anglais les principaux règlements et documents utiles aux étudiants et aux visiteurs étrangers.
Encourager l’offre de formations full-English dans les disciplines scientifiques.
Analyser avec chaque faculté les possibilités offertes par E+ tant au niveau des étudiants que des professeurs. Encourager et accompagner le montage de projets avec une vision de long terme.
Veiller à disposer d’une offre de logements de courte durée appropriée. S’assurer d’un accueil et d’un suivi personnalisé et en anglais des dossiers de chercheurs (Euraxess,…) et de professeurs visiteurs.
Structurer notre coopération en termes d’enseignement, recherche et citoyenneté dans des régions dûment identifiées comme stratégiques. Confirmer notre présence en Afrique-Centrale.
Organiser plus de réunions internationales et de congrès pour faire découvrir la qualité de nos infrastructures. Proposer un service d’appui à l’organisation de congrès internationaux accessibles.
Conseiller et accompagner les chercheurs dans la préparation de leur séjour à l’étranger (vade me cum), identifier les soutiens financiers et préparer avec eux un projet de réinsertion.
Renforcer les possibilités de mobilité IN pour jeunes chercheurs et professeurs visiteurs grâce à des moyens européens (MSCA,…) et, le cas échéant, un cofinancement ULiège.
Les postes à pourvoir en matière académique ou scientifique feront l’objet d’une diffusion très large, y compris en anglais, afin de s’assurer d’un recrutement de haut niveau et d’une plus grande visibilité.
Le développement de programmes en co-diplomation, en particulier au niveau du master, permet à l’université d’assurer sa participation à une formation tout en réduisant son offre de cours à une année, voir un semestre. Ceci permet également d’aménager la charge de cours d’un enseignant sur un laps de temps plus restreint.

En compagnie des diplômés 2017 du programme interuniversitaire

EMerald - European master in Georesources Engineering.

 

ME CONTACTER

 

ULiège - Sart Tilman

GeMMe - Q. Polytech 1, Bât B52

Allée de la Découverte, 9

4000 Liège

RENCONTRES-DEBATS

 

Tous : 29 Mars 2018 - 19h30

Pers. Sc. : B8 16 Avril 2018 - 16h30

Etudiants :HEC 050 17 Avril 2018 - 18h00

P.A.T.O. : B7a 19 Avril 2018 - 10h30

Gembloux : Senghor 20 Avril 2018 - 15h30

Tous : A1 21 Avril 2018 - 10h00

eric.pirard [at] uliege.be

+ 32 4 366 95 28

SUIVEZ-MOI

 

Suivez l'actualité de la campagne rectorale sur des réseaux cordiaux.